RH : à quoi s'attendre en 2022 ?

La pandémie de Covid-19 a eu un impact sans précédent sur le marché du travail avec, selon, ILO Monitor, 114 millions d'emplois qui ont disparu en 2020. Et que dire du chômage qui touche près de 220,5 millions de personnes dans le monde.

Toutefois, face à ces changements sans précédent pour les entreprises, nombreuses sont celles qui ont su et pu se relever en adaptant leurs stratégies commerciales en s’appuyant sur les collaborateurs. En 2022, elles vont devoir adopter de nouveaux modes de travail notamment via l’apprentissage en autonomie axé sur des compétences précises ou encore l’intégration de l’IA dans les technologies RH. Tour d’horizon des trois tendances pour cette année 2022.

L’expérience collaborateur au centre du recrutement

Si des millions de salariés ont perdu leur emploi à cause du Covid, nombreux sont ceux qui, mus par une envie de « renouveau », ont quitté le leur volontairement. L'épuisement professionnel, le manque de visibilité quant aux opportunités de carrière et les écarts de rémunération sont autant de facteurs qui poussent un collaborateur à chercher un nouvel emploi.

Désormais, les entreprises doivent offrir une vision claire des parcours de carrière individuels possibles en interne. En effet, lorsqu’un salarié est conscient de ses opportunités de développement et de formation, il sera plus enclin à rester. Chez Cornerstone, les responsables des talents ont lancé le programme « Cornerstone Gigs » qui permet aux collaborateurs en quête de mobilité interne de développer leurs compétences en dehors de leur département via des missions ponctuelles. Ces dernières sont proposées par des équipes/collègues qui recherchent de nouvelles idées ou un soutien pratique afin de renforcer ou améliorer un projet.

Néanmoins, si les opportunités de promotions internes doivent rester une priorité, elles ne répondront pas à toutes les demandes d’emploi externes. Afin d’attirer les meilleurs talents, les entreprises devront innover afin de répondre aux attentes de leurs futurs collaborateurs. Pour les plus réfractaires, elles devront reconsidérer leurs objectifs business et stratégiques sous peine de ne pas pouvoir être compétitives.

Des formations axées sur les compétences clés 

La mutation du monde du travail s’opère à un rythme sans précédent. Selon une récente enquête de Gartner HR Research, 58 % de la population active aura besoin de nouvelles compétences. Peu importe les secteurs d’activité, les salariés seront contraints non seulement d’affiner leurs compétences actuelles, mais surtout d’en acquérir de nouvelles pour anticiper les demandes liées à leur emploi ou le secteur d’activité. Ils doivent donc bénéficier de formations personnalisées qu’ils peuvent suivre à leur rythme.

Ainsi, plus que jamais, les collaborateurs veulent apprendre et recherchent des contenus facilement accessibles, adaptés, variés et attrayants. On constate que l’essor de l’apprentissage en autonomie ne se limite pas uniquement à un besoin de monter en compétence ou de requalification. Les collaborateurs plébiscitent également les formations en lien avec les compétences relationnelles, les questions relatives à la diversité, l’égalité, l’inclusion, le bien-être ou encore l’empathie.

L’IA pour les RH et les collaborateurs

Si l’intelligence artificielle est de plus en utilisée par les RH, notamment pour attirer les talents, la technologie n’a pas encore atteint son plein potentiel auprès de l’ensemble des collaborateurs. Pourtant le potentiel est là et, à n’en pas douter, son adoption augmentera dès que de nouveaux outils seront disponibles.

Intégrer les technologies de Machine Learning et d’IA permet, par exemple, de lier la formation des collaborateurs aux objectifs de croissance de l’entreprise. Cela implique d’identifier les compétences manquantes à combler, mais aussi de guider les apprenants vers des contenus personnalisés afin qu’ils progressent. L’IA peut aussi proposer des opportunités de carrière et indiquer aux collaborateurs les formations à suivre pour y parvenir. Elle permet également de collecter des données qui permettront aux responsables RH de prendre des décisions stratégiques relatives à l’entreprise et aux collaborateurs. Une situation gagnant-gagnant donc. En témoigne l'étude Mercer sur les tendances mondiales en matière de talents pour 2021 qui révèle que « plus de 60 % des dirigeants affirment que la principale tendance RH qui aura un impact dans la gestion des talents sera de prendre des décisions grâce aux données. »

Si l’année 2021 a présenté son lot de défis, les RH ont su prouver leur résilience et valeur ajoutée en aidant leurs entreprises à s’adapter et surmonter les difficultés de ces deux dernières années. Les avancées considérables réalisées et les changements attendus cette année sont autant de raisons d’être confiants. Le meilleur est à venir !