Taux de chômage en France : il baisse fortement, ce qu'il faut retenir

"Taux de chômage en France : il baisse fortement, ce qu'il faut retenir"

Taux de chômage en France : il baisse fortement, ce qu'il faut retenir [CHOMAGE] Le taux de chômage continue à diminuer, pour atteindre 7,4% au quatrième trimestre 2021. Il est désormais inférieur à son niveau d'avant-crise, souligne l'Insee.

[Mise à jour du vendredi 18 février à 11h52] Alors qu'il était resté quasi stable (entre 8,1% et 8,0%) ces quatre derniers trimestres, le taux de chômage baisse de manière significative au quatrième trimestre 2021, diminuant de 0,6 point. Selon les derniers chiffres de l'Insee publiés ce vendredi, 2,2 millions de Français sont demandeurs d'emploi ce trimestre, soit 7,4% de la population active. Ce taux de chômage est inférieur de 0,8 point à son niveau d'avant-crise (fin 2019), et à son plus bas niveau depuis 2008, si l'on excepte la baisse en trompe-l'œil liée à la crise sanitaire du printemps 2020, remarque l'Insee. Quid des tranches d'âge ? S'il est stable pour les personnes âgées de 50 ans ou plus (5,8%) le taux de chômage diminue fortement chez les jeunes de moins de 25 ans et atteint 15,9%. Une faible baisse est enregistrée pour les 25-49 ans, à 6,8%. Quant aux chiffres différenciant les sexes, ils montrent que la baisse du taux de chômage est plus marquée pour les femmes que pour les hommes (-0,8 point contre -0,4 point). L'écart était en sens inverse au trimestre précédent, indique l'Insee.

Au micro de France Inter vendredi matin, Elisabeth Borne s'est réjouit de cette "excellente nouvelle". "Personne n'imaginait qu'on puisse avoir de tels résultats en sortant d'une des crises économiques les plus graves qu'on ait connues au cours des dernières décennies", a déclaré la ministre du Travail.

Elisabeth Borne a notamment profité de cette prise de parole pour souligner que le taux de chômage des jeunes était au plus bas "depuis près de 40 ans". Le gouvernement a lancé dès l'été 2020 le plan "Un jeune Une solution" ayant en tête que pendant la crise de 2008-2009, le taux de chômage des jeunes avait explosé, rappelle-t-elle sur France Inter.

Quel est le taux de chômage en France ?

Au quatrième trimestre 2021, le taux de chômage dans l'Hexagone s'élève à 7,4% de la population d'après l'Insee, soit une baisse de 0,6 point par rapport au troisième trimestre 2021.  Le taux de chômage des moins de 25 ans notamment baisse significativement et s'élève à 15,9%, soit 3,6 point de moins que le trimestre précédent (20%). Chez les 25-49 ans, le taux de chômage passe de 7,1% à 6,8% au quatrième trimestre 2021. Le taux de chômage des plus de 50 ans est quasi stable : il diminue très légèrement pour atteindre 5,8%.

Qui sont les chômeurs en France ?

La tendance est à la baisse pour toutes les catégories d'âge et de genre.

Selon Pôle Emploi et la Dares, le nombre de jeunes chômeurs (moins de 25 ans) en France Métropolitaine passe de 492 200 au dernier trimestre 2020 à 404 800 au quatrième trimestre 2021, soit une baisse de 17,8% en un an. Le nombre de chômeurs de plus de 50 ans passe lui de 963 300 à 884 000 sur la même période soit une baisse de 8,2%.

Les chômeurs en France, selon la catégorie

Au quatrième trimestre 2021, la France compte 3 335 600 demandeurs d'emploi en catégorie A (sans emploi), dont 3 101 800 chômeurs en France métropolitaine uniquement, et 2 266 500 en activité réduite (catégories B et C) en Métropole. Le nombre de chômeurs baisse pour la catégorie A avec -6,2% en France métropolitaine (-5,9% sur l'ensemble du territoire) par rapport au trimestre précédent, et de 0,1% pour les catégories B et C. Sur an, l'évolution est de respectivement -13,2% en catégorie A en France métropolitaine (-12,6% sur l'ensemble de la France), +5,9% en catégories B et C en France métropolitaine.

Le chômage en France, selon la durée

Entre le quatrième trimestre 2020 et le quatrième trimestre 2021, le nombre d'inscrits depuis moins d'un an en France métropolitaine passe de 2 891 900 à 2 721 200, ce qui correspond à une baisse de 5,9%. Le nombre d'inscrits depuis un an ou plus est en baisse de 6,1% (de 2 820 500 à 2 647 100) sur la même période.

Quels sont les motifs du chômage en France ?

Selon Pôle Emploi, la première raison d'inscription à Pôle Emploi est une fin de contrat, qui concerne 87 700 chômeurs au quatrième 2021, suivie par un retour d'inactivité avec 82 400 nouveaux chômeurs, presque à égalité avec une réinscription rapide, qui concerne 84 200 nouveaux chômeurs . Cela représente respectivement 17,9%, 17,2% et 16,8% des entrées au chômage.

Les ruptures conventionnelles représentent elles 37 200 personnes, soit 7,6% des inscriptions. En revanche, les licenciements économiques sont plus rares et comptent pour 1,8% des inscriptions avec 9 000 cas.

Le nombre de chômeurs par département

Selon les données de Pole Emploi, en décembre 2021, en France, les départements qui comptent le plus de chômeurs de catégorie A sont les Bouches-du-Rhône, La Réunion, le Nord, Paris, le Rhône et la Seine-Saint-Denis.

C'est dans le département du Nord que les chômeurs de catégorie A sont les plus nombreux. Ils sont 148 890 en décembre 2021  contre 160 330 en septembre (-7,1%). Deuxième département dans lequel le nombre de chômeurs est le plus élevé : Paris avec 120 130 contre 129 290 inscrits en septembre (-7,1%). Ce sont les Bouches-du-Rhône qui complètent le podium avec 123 880 inscrits contre 126 630 (-2,2% sur trois mois).

A l'opposé de l'échelle, les départements qui comptent le moins de chômeurs sont la Lozère (2 440 contre 2 260 en septembre, soit une hausse de 8%), le Cantal (3590 soit 50 de plus qu'en septembre, une hausse de 1,4%) et la Creuse (4590 contre 4 530, soit une hausse de 1,3% sur trois mois). Les chiffres nationaux cités sont corrigés des variations saisonnières et des jours ouvrables.

Bon à savoir

Le nombre de chômeurs en France représentés dans le premier graphique sont les demandeurs d'emploi de catégorie A inscrits à Pôle Emploi, c'est-à-dire les personnes sans emploi "tenues de faire des actes positifs de recherche d'emploi" et donc non les chômeurs de longue durée. Les données présentées concernent les demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi, l'organisme en charge de la lutte contre le chômage.

La notion de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi est donc différente de celle de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT). Un chômeur au sens du BIT est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui n'a pas travaillé, ne serait-ce qu'une heure, au cours de la semaine de référence, qui est disponible pour une embauche dans les 15 jours et qui a cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en a trouvé un qui commence dans les trois mois. De la classification des demandeurs d'emploi dépend également tout un système d'aide, de droits, d'allocations et même de formation.

Le taux de chômage présenté dans le second graphique est un bon indicateur de la santé économique d'un pays. De manière générale, le taux de chômage correspond à la part de la population active qui est au chômage. Sont répertoriées dans la population active les personnes qui occupent effectivement un emploi, y compris celles qui travaillent à temps partiel, et celles qui sont en recherche active d'emploi. Il ne suffit donc pas d'être en âge de travailler pour être comptabilisé dans la population active. La définition du taux de chômage peut varier d'un pays à l'autre, en fonction des critères retenus par les instituts nationaux de statistique.

Ce taux de chômage est calculé par l'Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT) selon lesquelles un chômeur est une personne de plus de 15 ans qui remplit trois critères. D'abord, elle n'a pas travaillé du tout au cours de la semaine de référence. Ensuite, elle est disponible pour travailler dans les deux semaines. Enfin, elle a recherché activement un travail dans les trois dernier mois ou en commence un dans moins de trois mois.